Transport

Le Transport Fluvial

Pendant plus de deux millénaires, tout arrivait ou repartait par le fleuve et ses affluents, les hommes qui venaient d’ailleurs, les idées nouvelles, les vivres pour alimenter les marchés, les matériaux de construction pour bâtir les cathédrales et construire les villes, les barriques de vin, tout. Puis, la route et le rail firent oublier le fleuve et ses affluents. Jusqu’au jour où les embouteillages devenus insupportables, les engorgements étouffant l’économie finirent par rappeler que le fleuve et ses affluents étaient « les axes de transport les moins onéreux, les moins dangereux, les moins polluants ».

Depuis sa création, La Seine en Partage a inlassablement rappelé que si la France a la chance de posséder « le plus beau des réseaux fluviaux d’Europe » elle n’a pratiquement plus de politique fluviale alors que ses voisins, Belges, Hollandais et Allemands, construisent péniches, pousseurs et barges et accroissent considérablement le transport fluvial chez eux et dans tout le nord de l’Europe.

Pendant longtemps, l’association a prêché dans le désert. Mais il semble qu’aujourd’hui elle finisse par être entendue, l’opinion publique ayant enfin compris que le transport fluvial était non seulement moins onéreux et moins dangereux mais aussi et surtout moins polluant que la route ou le rail. 

Le transport fluvial commence à renaître aujourd’hui en France avec, notamment, la ligne de porte-containeurs Le Havre-Gennevilliers.

La construction du Canal Nord-Europe qui doit, à terme, permettre à la France de faire -enfin-partie de l’Europe fluviale est aujourd’hui ralentie pour des raisons économiques mais « le réveil du fluvial » que réclamait depuis près d’un quart de siècle La Seine en Partage et ses Affluents semble maintenant irréversible.

Le colloque 2004 : « Les grandes villes européennes et leur fleuve »
Le colloque 2005 : « Etre riverain, une chance, des problèmes »,

Le Tourisme Fluvial

Axes naturels et essentiels du transport, notre fleuve et ses affluents sont aussi « les plus merveilleux des musées vivants de tous nos trésors historiques, architecturaux, artistiques, culturels » pour reprendre une phrase célèbre. Toutes nos cathédrales, toutes nos collégiales, toutes nos abbayes, tous nos châteaux (ou presque) se reflètent dans notre fleuve ou ses affluents : Troyes, Montereau, Melun, Saint Germain-en-Laye, Mantes-la-Jolie, etc. « La Seine, ce collier de perles où s’enfilent les plus beaux trésors de notre patrimoine » a dit le poète. 

A Paris même, les plus beaux monuments d’hier et d’aujourd’hui se reflètent aussi dans la Seine. L’énumération d’est en ouest est éloquente : la bibliothèque François Mitterrand, l’Institut du Monde arabe, Notre-Dame, l’Hôtel de Ville, la Conciergerie et le Palais de Justice, la Monnaie, l’Institut, le Louvre, le Musée d’Orsay, la Légion d’Honneur, l’Assemblée Nationale, la place de la Concorde, le Grand Palais et le Petit, l’Esplanade des Invalides, le Musée d’Art Moderne, la Maison de la Radio, la Tour Eiffel, le Champ de Mars, le Palais de Chaillot, tout… On comprend que plus de 8 millions de touristes, chaque année, embarquent pour quelques heures de croisière à bord de bateaux (mouches ou autres) pour découvrir les plus beaux monuments de Paris.

Dès 2002, La Seine en Partage publiait son premier poster : une « Carte touristique de la Seine ». Puis, en 2006, elle publiait, avec les Editions Gallimard, un premier « Guide touristique de la Seine en Ile-de-France » avant d’organiser, en 2011, un colloque ayant pour thème « Les tourismes des bords de Seine » », puis, en 2016, un nouveau colloque ayant cette fois pour titre : « Le développement du tourisme fluvial et  fluvestre de la Vallée de la Seine » et d’éditer en 2017 un « Livre blanc sur le tourisme fluvial et fluvestre ».

L’association rappelait toujours inlassablement que le tourisme pouvait aussi être un atout économique considérable que les communes riveraines avaient tout intérêt à développer. 

Le guide Gallimard « Le tourisme en Ile-de-France »
Le guide Gallimard « Le tourisme en Ile-de-France »
Le colloque 2004 : « Les grandes villes européennes et leur fleuve »
Le colloque 2005 : « Etre riverain, une chance, des problèmes »,